WOLF

&

Anthony Romaniuk

 

Quintettes pour Pianoforte & Vents

WOLFGANG AMADEUS MOZART (1756-1791)

Quintette pour piano et vents en mi bémol majeur (K 452)


Largo, allegro moderato

Larghetto

Rondo Allegretto


LUDWIG VAN BEETHOVEN (1770-1827)

Quintette pour piano et vents Op 16


Grave allegro ma non troppo

Andante cantabile

Rondo allegro


Anthony Romaniuk, pianoforte

Benoit Laurent, hautbois

Jean-Philippe Poncin, clarinette

Bart Cypers, cor

Jean-François Carlier, basson


*

Ce programme fait l’objet d’un projet d'enregistrement CD

*** Release 2020 ***

Commentaires sur le répertoire

« Je le tiens pour le meilleur ouvrage que je n’ai jamais écrit … » c’est en ces termes que Mozart parle de son quintette pour pianos et vents K 452, le 10 avril 1784 dans une lettre à son père Leopold. Donné en première exécution pour un concert de souscription au Burgtheater de Vienne, ce quintette pour une formation inédite où les vents ne sont pas doublés, accompagne d’autres grandes œuvres comme la symphonie Linz ou le concerto pour piano n°16. Cette période est effectivement très féconde, et dans ce quintette, Mozart reprend au piano son dialogue privilégié avec les bois, cette même verve que l’on retrouvera dans ses derniers concertos pour piano.


Le jeune Beethoven très impressionné par cette œuvre en reprendra l’instrumentation, la tonalité et la structure en 1796. Les deux compositeurs sont tous deux de remarquables pianistes mais tandis que Mozart nous propose un véritable morceau de chambre cherchant l’union entre bois et piano, à l’inverse Beethoven cherche à créer un concerto en miniature avec une partie dominante marquée par des passages cadentiels. C’est lors d’une de ces pauses dans le final que Beethoven se mit à improviser sur le thème du rondo pendant un long moment provoquant l’impatience des vents et même la colère du célèbre hautboïste munichois Ramm.

Anthony Romaniuk

Le pianiste et claveciniste Anthony Romaniuk démontre sa polyvalence en jouant dans de nombreux types de formations, allant du récital au concertos, en passant par la musique de chambre, la basse continue baroque et les musiques improvisées. 


Son répertoire s’étend sur plusieurs siècles, de Byrd, Bach, Beethoven, Chopin et Brahms – le plus souvent sur instruments anciens – jusqu'à Crumb, Ligety et la "industrial noise music ». Dans ces aventures musicales, il se produit notamment avec Patricia Kopatchinskaja, Pieter Wispelwey, Vox Luminis et le Australian Chamber Orchestra.


Les moments forts de la saison 2017-2018 consistent en des concerts de récital et de musique de chambre aux festivals de Lucerne, Adelaide et Ojai (Californie). Mais également dans une tournée aux U.S.A. et au Canada avec Vox Luminis, ainsi que des apparitions avec l’ Orchestra della Toscana et le développement de sa collaboration avec le DJ-compositeur Jorge Sanchez-Chiong.


Un enregistrement de musique de Beethoven (musique datant d’autour de 1801 sur une copie d’un piano de 1801) est planifié pour l’été 2018, ainsi qu’un projet sur un répertoire s’étendant sur plusieurs siècles mis en parallèle avec des improvisations au piano. Son travail en duo avec P. Kopatchinskaja sur le disque “Take Two” (2015) a été chaleureusement reçu par la critique, avec une attention particulière autour de ses improvisations sur la chaconne de Bach.

Pendant la saison 2016-2017, on a pu entendre Anthony avec P. Kopatchinskaja notamment au  Wigmore Hall, à la Konzerthaus de Berlin, au Zentrum Paul Klee de Bern et au Bijloke de Gand ; Avec Vox Luminis il s’est produit aux festivals de Berkeley Early Music et d’Aldeburgh, et avec le Australian Chamber Orchestra à l’ Opera House de Sydney.

 
 

Management & Booking

Adèle Querinjean

adele@wolfensemble.be

Photos © Maarten Marchau, S. Magnone & Cem Koyuncal